Oppoésie

Ça vire, ça tire, ça conspire
Ça lutte, ça chahute, ça bute
Ça pique, ça astique, ça se frite 

 1/ Tout s’oppose
Du point de départ à la ligne d’arrivée tout n’a de cesse de s’opposer, à tel point que les frontières deviennent des murs attisant les braises de ce feu qui nous brûle

 2/ Tout s’apaise
Terminé les attitudes puériles, il est temps de jouer la carte de l’apaisement, de tous regarder dans le même sens, prêts à relever les défis du vrai changement

 3/ Tout s’épouse
Les gens de tous les genres se retrouvent dans un voyage en douceur insufflant du rêve sur leurs parcours

 1+2+3 = Oppoésie 
La poésie pour résister


Opposie9

 

Une scène, deux chaises, deux ampoules en suspension comme ce temps avant l’action.
Face à face deux slameurs entrent en scène comme sur un ring, se jaugeant, se cherchant à coup de mots, de rimes, de rythmes, boxant avec les sonorités et le sens, se testant sur la forme dans un affrontement poétique, une opposition ludique où la testostérone coule dans leurs paroles comme dans leurs corps.       

A travers leurs voix c’est toute notre relation au monde dans sa fascination/répulsion qui entre en scène, qui se donne en spectacle pour finalement faire société.

Ce qui était opposition d’idées comme de forces, s’érigeant sur des barrières mentales comme sur des frontières physiques, va trouver son apaisement dans l’ironique fin des idéologies où l’apparente évidence remplacera avantageusement la conscience, où l’horizon indépassable sera désormais celui de « notre projet ».

Cet apaisement, qui n’était que de façade, va lentement se fissurer sous le poids d’une poésie de « Réxistances » où nos slameurs vont redécouvrir mutuellement ce qui les relie ; ce verbe qu’ils vont épouser pour faire Tribu.

Spectacle tout public
Durée : Une heure